A lire sur Le Soir+: Patokh Chodiev, l’homme par qui vient la polémique

Le nom de Patokh Chodiev, qui fait partie des Belges les plus fortunés, ressort des Panama Papers, où il apparaît lié à au moins 25 sociétés offshore.

Un yacht de 73 mètres de long, un jet privé pouvant transporter 19 passagers,… voilà une partie de ce que cachent les sociétés offshore qui ont permis au milliardaire belge Patokh Chodiev de dissimuler son patrimoine. Grâce aux Panama Papers, Le Soir a pu trouver au moins 25 sociétés offshore qui remontent à cet homme d’affaires, qui est présenté comme la deuxième plus grande fortune de Belgique. Tout ou presque est consigné dans un e-mail du 30 avril 2014 adressé à Mossack Fonseca: nom des offshores, leurs gérants, leurs propriétaires réels,…

Des proches de Chodiev sont également concernés par les Panama Papers : Alexander Machkevitch et Alijan Ibragimov.

> Le trio a été exposé lors de l’affaire du premier et du deuxième « Kazakhgate ».

> En 2011, ils ont versé 23 millions d’euros à la justice belge au titre de « transaction pénale », avec l’aide de l’avocat Armand De Decker, pour obtenir l’extinction de toute poursuite judiciaire.

> Patockh Chodiev, l’homme qui fait trembler le MR : Belge depuis juin 1997, Patokh Chodiev apparaît en filigrane des dossiers Kubla et De Decker. Il a travaillé pour les réseaux clandestins de l’ex-URSS, côtoyé les mafias et construit un empire industriel trouble.

> En 2013, Chodiev était déjà accusé de s’être enrichi sur le dos des Congolais : son groupe a spolié le Congo de 560 millions d’euros en trois ans. Via des paradis fiscaux, des fortunes minières ont disparu.

> L’éditorial de Béatrice Delvaux sur les liens entre Nicolas Sarkozy et Patokh Chodiev : Une ombre gênante sur notre démocratie

©kompromatykorrupcia34.kharkov